Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

28/05/2013

Au delà des clichés

photo,expo,vincen,beeckman,galerie,cerami

Quand on va à Charleroi, il faut avoir envie de rencontres. C'est là que Jacques Cerami tient une galerie d'art contemporain. Vincen Beeckman y expose.

L'oeuvre de Vincen Beeckman ne se laisse pas posséder au premier regard. Il faut savoir  l'approcher lentement, l'observer, passer du temps là, s'assoir à ne rien faire, détourner le regard vers l'extérieur, y revenir, et se laisser porter par l'ambiance : son oeuvre est une oeuvre exigeante, une oeuvre qu'il faut apprivoiser. Lorsque Vincen Beeckman part en voyage, c'est avec une adresse en poche pour principal bagage. Un contact, un lieu où dormir, et l'aventure commence. Une rencontre se fait, des pistes s'ouvrent, ouvrant à de nouvelles rencontres et à de nouvelles pistes. Il circule de proche en proche et arrête son regard sur ce qui l'entoure. Ses photographies sont des cailloux laissés sur le chemin. Elles donnent à voir et magnifient une humanité simple, entre fierté et chute, entre transe et souffrance, laissant parfois filtrer un brin d'affectueuse ironie. Elles témoignent d'une déambulation au fil des rencontres, et c'est ce parcours que ces clichés nous invitent à reconstituer. 


A la galerie Jacques Cerami, Vincen Beeckman nous présente deux périodes de travail entremêlées. D'un côté, les autoportraits et portraits du quotidien, et de l'autre "Di Retorno da Milano", avec comme articulation le fameux portrait de la vendeuse de bananes, qui rend compte à merveille de l'univers de l'artiste. Les portraits du quotidien sont de petits bijoux pris sur le vif. Leur pouvoir de fascination est sans doute autant lié à l'incongruité de la situation photographiée qu'au hors-champ dangereusement énigmatique... Quand au Retorno da Milano, ce sont quelques pièces que Vincen Beeckman nous présente. Faire les liens entre les hommes au sang fier, les paysages dévastés, et les objets d'un quotidien qui n'en finit plus de convulser, demande de s'arrêter un peu pour retisser les fils de sa course photographique. Nous sommes ici bien loin de "l'esthétique minute" des images prostituées qui en vendent au premier regard. Pas de voyeurisme dans les images de Vincen Beeckman. Au contraire, à travers le regard que l'on porte sur elles, elles nous parlent de nous; elles questionnent notre propre regard sur le monde et notre rapport à celui-ci. Parfois déroutantes, elles nous poussent à l'arrêt, quand interdits, il nous faut demander le chemin.

Quand on va à Charleroi, il faut avoir envie de rencontres...

© Fred Rolland 2013

photo,expo,vincen,beeckman,galerie,cerami

www.vincenbeeckman.be

Galerie Jacques Cerami

Exposition du 25-05 au 29-06-2013

Galerie Jacques Cerami

Route de Philippeville 346 - 6010 Charleroi - Belgique

20/05/2013

Expo Vincen Beeckman

Vincen Beeckman

Di Retorno da Milano

Vincen,Beeckman,ritorno,Milano,photo,foto,expo,cerami

© Vincen Beeckman, Napoli, La vendeuse de bananes, 2013

Vernissage Vendredi 24 mai  de 19h à 22h
Exposition du 25-05 au 29-06-2013

Galerie Jacques Cerami

lien galerie

Route de Philippeville 346. B-6010 Charleroi Belgique

0032 071 36 00 65  .  0032 477 78 44 34

 

www.vincenbeeckman.be


 

24/11/2012

2083

art,culture,bruxelles,brussel,brussels,chapelle,nuit,photo

2072

bruxelles,chapelle,ursulines,art,photo,nuit,chantier

13/11/2012

2062

art,culture,photo,pavillon,auto,poubelle,ville,urbain

03/11/2012

1633

art,culture,photo,Bruxelles,1633

1628

art,culture,photo,Bruxelles

02/11/2012

1327

art,culture,photo,Bruxelles,Fred,rolland,1327

Toussaint's Frit-kot

photo,art,culture,frite,frit,kot,liège

25/10/2012

"SELECTION NATIONALE"

art,culture,vincen,beeckman,part,feu,selection,nationale,photo,bruxelles

 Vincen Beeckman s'expose à "La Part du Feu"

du 20 octobre au 4 novembre 2012

Galerie "La Part du Feu"

rue Saint-Ghislain 55, 1000 Bruxelles

INFO


 

 

 

Pavés
Mouchoir
Perdu
Herbe
Mauvaise
En fleur
Plastiques
Fleurs
Grillages

Improbable

Téléphone
Animal
Bord
Détail
qui tue
Marge
Humanité
Paisible
Ecartelée

Frontière

 

 

 

16/10/2012

16 octobre 2012

art, Bruxelles, rue, brussels, photo, brussel,midi, casimir

Les gens que j'aime,

15/10/2012

15 octobre 2012

art, bruxelles, rue, brussels, photo, brussel,midi

14/10/2012

14 octobre 2012

art,bruxelles,saxo,jazz,brussels,photo

18/08/2012

Expo BOZAR

expo,bozar,fred rolland,vincen,beeckman,photographie,été,photo,summer,photography,2012,poze,terminus

J'y expose quelques photos nocturnes...

Belle expo, belle démarche,

conçue par Vincen Beeckman.

http://www.bozar.be/activity.php?id=12456

http://www.bozar.be/activity.php?id=11652

10/06/2012

Portrait

identité, photo, recyclart, nuits botaniques

Ich, by Vincen Beeckman pour Recyclart pour nuits botaniques

11/03/2012

bip 2012

 

art,culture,photo,chrystel,mukeba,bip,liege,international,biennal

8th International Biennial of Photography and Visual Arts in Liege

Cette année-ci, la huitième biennale internationale de photographie et d'arts visuels de Liège a pour thème "Images de l'amour, Amour de l'image". Ce titre assez large laisse le choix à de nombreuses interprétations. Toutefois, l'exposition principale, qui se tient au MAMAC (Musée d'Art Moderne et d'Art Contemporain), donne à voir des images centrées sur diverses formes de l'Amour. Au centre trône un pavillon peint en rouge dans lequel sont projetées les images de la célèbre série de la photographe américaine Nan Goldin, "The Balad of Sexual Dependency". Modernité oblige, ce ne sont plus des diaporamas synchronisés ni des images aux cimaises qui attendent le spectateur pour une visite dans les affres de l'existence, mais une longue projection vidéo d'images numérisées qui s'enchainent tambour battant, éloignant le spectateur de la sensibilité - fut-elle marginale - des êtres qu'elle montre, au profit de l'expérience de l'overdose... Autour de cette pièce centrale gravitent un certain nombre de séries d'images-clônes qui aboient des matelas pourris, vomissent des moments toxiques et affichent une débandade de sexes tristes et d'ecchymoses du sort. A moins de découvrir ici ce type de propos photographique - ce qui pourrait être une bonne occasion tout de même - on passera vite son chemin pour s'arrêter sur de petits bijoux. Au premier rang d'entre eux, et au fond de la salle, on découvre la splendide série de photos de Chrystel Mukeba. Chrystel Mukeba, jeune photographe bruxelloise sortie des rangs de l'Académie Royale de Beaux-Arts de Bruxelles, nous montre une série de photographies autour de sa grand-mère. Tout en subtilité, elle capte magnifiquement le temps qui passe, et ne passe presque plus, les couleurs de l'âge qui avance et ne permet plus d'avancer. Sans nostalgie, elle pose un regard tendre et lucide sur ce qui reste de l'existence lorsqu'il ne reste plus à voir que les indices d'une complétude passée. Avant d'arriver à ce havre d'émotion, il faut voir les photographie d'Erwin Olaf, extraites de la série "Grief" (2007). Erwin Olaf pousse à la perfection la reconstitution d'intérieur bourgeois modèles, pour mieux en dénoncer l'absurdité lorsqu'ils se résument à abriter la vacuité relationnelle de couple traditionnels aux rapports codifiés. L'une de ces photos donne une chute brillante à la narration du reste de la série. Thomas Chable propose une série calme et sobre de clichés noir et blanc tout en émotion. Il faut aussi aller ressentir le porte à faux du travail intime de Jean-Claude Delalande, qui au final, forme une hilarante série noire et blanche. La série "First Loves" de Sarah Mei Herman porte un regard troublant sur l'ambiguité des amours pré-adolescentes. Les très jeunes mères et leur bébé de Michelle Sank questionnent les conditions de l'amour maternel, dont la couleur ne ressemble pas toujours à celle de la layette. On retiendra encore dans un petit coin mal foutu mais suffisamment isolé, une vidéo de François-Xavier Courrèges, "Another Paradise", qui nous fait vivre par perruches interposées la beauté et le drame de l'amour-fusion. Cette vidéo située près de la sortie, fait sans doute le lien avec les projections montrées dans les caves du MAMAC. Ces projections donnent l'occasion de revoir les classiques du cinéma dans un immense baiser que nous donne Nicolas Provost - Gravity (2007). Sylvie Blocher instille en nous le malaise à double sens de l'amour filial, autour des enfant de 40 ans de "For Ever" (2000).  On retrouve aussi, de façon plus anecdotique, la belle "Pieta" (2001) de la photographe anglaise Sam Taylor Wood.

A noter dans la biennale Off, à la galerie "Les Drapiers", l'exposition personnelle de Christian Aschman, qui oscille entre maitrise formelle de l'image de commande, et circulation libre du regard sur le monde. L'insaisissable photographe capte pour nous des images qui nous transportent dans un univers poétique au delà du réel qu'elles renvoient.

© FredRolland 2012

http://www.bip-liege.org/fr/accueil/

07/02/2012

:- /

art,

Peinture : Luc Dondeyne d'autres images ici

Photo & texte à deux voix : FredRolland

- "Monsieur, vous avez fait tomber quelque chose,
- Merci jeune homme, vous pouvez la garder...
- Oh, répondit le jeune homme dans un léger rougissement des joues,
- Humm, jolie couleur, dit l'homme, énigmatique, se rapprochant subrepticement...
Profondément troublé, le jeune homme rattrapa le verre qui allait lui échapper des mains mais renversa quelques gouttes de vin rouge sur le t-shirt blanc de l'inconnu, à la hauteur du téton.  Un vent léger souleva les voilages des fenêtres immenses, on entendit au loin le chant d'amour de Lakme...
- Essayez-vous de me séduire ? dit l'un des deux.
Le trouble donnait à l'atmosphère l'impression d'une moiteur palpable ; une onde de notes passa encore dans un frémissement de l'air. Le temps sembla s'étirer de toute la langueur de leurs regards, rendant insondable la limite entre leurs pensées. L'homme s'inclina imperceptiblement en avant, et du bout de l'index de la main qui tenait son verre, vint effleurer l'étoffe qui couvrait le torse du jeune l'homme. "A ce moment-là, ma femme a bougé et... je me suis réveillé" s'entendit-il dire en hurlant d'une voix emplie de terreur suppliante. Il s'était redressé, le corps en avant, dans un accès d'agitation fébrile. Son regard affolé semblait désormais perdu, accroché à d'invisibles images. La sueur dégoulinait le long de son visage, baignant peu à peu son corps d'une sensualité tragique. L'espace d'un instant, son esprit s'était envolé au loin. Il essuya une goutte de sueur qui perlait au dessus d'un sourcil, regarda je jeune homme un bref instant, et, sans rien dire, fit un pas en avant vers le buffet dans l'idée de se resservir du vin. Tentant de reprendre intérieurement une contenance qui, de dehors, ne semblait pas entamée, il remplit partiellement son verre, le porta brièvement à ses lèvres, sourit légèrement et dit :
- Il me semble que ce serait tricher que d'aller plus avant ; je suis marié.
Son ton, doux et empreint d'un calme posé, semblait vouloir ménager la réception que son partenaire en ferait. Le jeune homme recula légèrement, figeant sa surprise derrière un sourire. L'homme semblait n'avoir pas trouvé d'autre argument pour contrer leur désir, que de battre en retraite derrière l'institution censée le contenir. Finalement, il lui exprimait ainsi l'évidence : n'eût-il pas été marié, qu'il aurait succombé avec moins de détours à cette délicieuse entreprise de séduction réciproque.
- Monsieur, vous tentez de me séduire, n'est ce pas ? ajouta le jeune homme.
- Oui, répondit l'homme marié, de plus je suis une grosse salope qui racole les mecs sur Internet.  Mais que pensez-vous du temps, pensez-vous que le froid va continuer ?
Le bref silence qui suivit était à peine masqué par le léger brouhaha qui venait de salles adjacentes où les convives faisaient battre la fête de son plein. La tension sexuelle était palpable. On aurait pu entendre Barbara Cartland se retourner dans sa tombe. Enfin, il se dévoilait sous un jour nouveau. Le jeune homme fut traversé d'un frisson. Entrevoyant une perspective non moins excitante au jeu qui les occupait, il marqua une pause ; son regard, perdit en pétillement ce qu'il gagna en intensité. Il ébaucha de coin un petit sourire : il faisait vraiment trop froid pour s'isoler contre un mur de l'escalier commun ; l'impasse du moment n'en était que plus électrisante.
- On annonce que le gel va durer, dit-il les lèvres un peu sèches, et après un instant d'hésitation, il ajouta amusé : mais, qu'entendez vous au juste par grosse salope ?
- Taisez-vous, grand fou, et embrassez-moi..."

In "Le Bal des Hystériques", FredRolland 2012

18/12/2010

Noël

P1050351.jpg

05/12/2010

Bientôt Noël

P1050193.jpg

08/11/2010

"Une intervention particulière, "

"Een ingrijpend bezoek, "

Une vidéo et les photos de l'exposition sont en ligne sur le site

www.untitledness.com

P1040455.jpg

 

13/08/2009

page blanche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

parfois.

29/05/2009

en ligne

logo_recyclart_2008.png

 

 

 

 

 

Portfolio 2009


les vidéographies présentées le 8 mai 2009

sont intégralement en ligne sur

UNTITLEDNESS.COM

01/05/2009

PORTFOLIO

 

logo_recyclart_2008.png

 

 

 

 

 

Portfolio

projection de vidéogrammes

vendredi 8 mai 2009 à 20h30

entrée 4€

Gare Bruxelles-Chapelle

rue de Ursulines 25 - 1000 Bruxelles

RETROUVEZ TOUTES LES INFORMATIONS SUR UNTITLEDNESS.COM ET SUR RECYCLART.BE

15/04/2009

08 mai 2009

>RECYCLART : PORTFOLIO

projection photo/video

20 heures

ROGER BALLEN + CARL DE KEYZER + SARAH MICHIELSEN + VINCENT DELBROUCK + MERZEDES STURM-LIE + NICOLAS BOMAL + BRIGITTE GRIGNET + FREDERIC ROLLAND + PIA MAARIT KOKKO + LA TROCAMBULANTE + VINCENT DEKKERS + NICOLAS CLEMENT + JEAN REVILLARD + ENRIQUE ROJAS + CATHERINE RECHARD + BARBARA HAHN & CHRISTINE ZIMMERMANN + CATHERINE ANTOINE & REBECCA LEE + DOUG BIGGERT + SIMON NORFOLK + COLIN DELFOSSE + HELENE AMAZOU + ANTHONY BERTHAUD

>RECYCLART : PORTFOLIO

_

27/01/2009

27 janvier 2009

IMG_1209_2.jpg

25/12/2008

25 décembre 2008

Je ne sais pas s'il faut passer par l'icône pour parler aux gens. Peut-être y a-t-il autre chose. (...)

La photographie, (...) ce n'est pas toi qui commande, c'est l'autre, c'est le sujet, c'est la lumière, c'est le moment, c'est le réel qui commande.

 

extraits de "ERRANCES", de Raymond Depardon, Points Seuil n°1099, p90

 

24-12-2008

22h36

IMG_0457.jpg

15/12/2007

J moins 10

da96fb1e90e09e030ebf99787ff06194.jpg

11/10/2007

15'

f3c1d57e7d80994974e1320d4ef0fc4d.jpg

17:45 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : art, culture, société, peigne, photo

04/10/2007

041007

c3527c878213ebfb7272b7cb38e10545.jpg

Cliquez sur les liens :
Dailymotion Vidéos
 
+ Quelques photos dans l'album (colonne de droite)

17/09/2007

Surprise

7cfbbe4bccc148b288595146948387f0.jpg

 
Surprise, lumière, sourire; flux d'âme qui s'envole. Fugace moment. Émerveillement.
Refermer le portefeuille. Ne plus y penser. Oublier l’image. Disparition.
Nouvel envol, à nouveau sourire, surpris, happé, du monde entier, en condensé.

17:35 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : art, culture, société, photo